blog.fauteuildelumiereascensionnelle.com

blog.fauteuildelumiereascensionnelle.com

Message de St Germain reçu par Agnès Bos-Masseron le 11-1-15

2015Posted by Claudine Wed, January 28, 2015 11:46:46

Si l'on voulait parler en termes de ce temps linéaire, Paris se souvient-il, dans cette apparence de temps qui n'existe pas et qui pourtant a été une époque tourmentée pour la France et pour Paris, je suis venu rayonner l'énergie de l'amour, l'énergie de la compassion, l'énergie de sagesse, cette sagesse qui sait que seul est le cœur et que tout être est divin et précieux, si précieux.

Voyez la beauté. Notre rayonnement s'ancre dans Paris avec cette synchronicité. Il est beau que cette synchronicité ait eu lieu au moment juste. Bénis soient ceux qui l'ont permis. Bénis ceux qui ont été guidés pour que le Fauteuil soit installé maintenant. Ils auraient pu attendre un mois, deux mois, trois mois. Ils ont choisi maintenant. Infiniment puissant sur la situation actuelle de Paris, ce rayonnement.

Vous le dites vous-mêmes, n'est-ce pas, avec des si, on mettrait Paris en bouteille. Pourtant, pourrions-nous envisager cette autre possibilité où le Fauteuil n'est pas installé maintenant, et d'autres répercussions de cet acte de folie.

Il est vrai, vous trouvez étrange, n'est-ce pas, qu'il arrive de façon répétée que des actes de folie se cristallisent autour du rayonnement de Fauteuils. Béni soit cela. Chaque fois que cela se passe, le rayonnement du Fauteuil transmue les répercussions de ces actes et les place dans un autre registre.

Bénis sont ceux qui ont été instrumentaux de cette synchronicité. Bénis ceux qui ont choisi que maintenant, aujourd'hui, nous soyons tous unis pour embrasser Paris et l'embraser de lumière et d'amour. Cela aurait pu être dans une semaine ou dans un mois peut-être. Intuitivement vous avez choisi maintenant, vous avez choisi l'heure. Voyez la beauté de la synchronicité.

Encore et toujours, nous venons rayonner sur Paris cette évidence de la fraternité humaine, de la beauté de l'incarnation, de la divinité de l'être humain. Précieux est chaque être. Comment ont-ils pu l'oublier ?

Bénis soient ceux qui choisissent maintenant de s'impliquer pleinement pour que l'énergie du Fauteuil, l'énergie des Gardiens de la Flamme, l'énergie de la Douce Mère, de Sri Aurobindo, l'énergie de la fraternité, s'ancre dans Paris.

Bénis ceux qui comprendront l'importance vitale d'accroître le rayonnement de ce Fauteuil en donnant un peu de soi-même et en recevant beaucoup pour soi-même, à travers le fait de venir faire des sessions. Car vous le savez, n'est-ce pas, chaque session offre un don immesurable pour l'être qui le reçoit et pour l'environnement.

Vous savez, n'est-ce pas, à quel point Paris est une ancre, une clef même, dans cet éveil mondial. Vous le savez, Paris est ville lumière. Ce n'est pas par les illuminations dans les rues. Ce n'est pas par les places. Ce n'est pas par toutes ces statues qui rappellent la liberté, la fraternité, l'égalité, la divinité. Paris dans son énergie même, dans son essence, est ville lumière érigée sur l'un des points forts du globe, relié à bien des points de rayonnement.

Et si l'on veut parler en termes de votre temps linéaire, cela fait longtemps que dans le silence nous invitons à installer un Fauteuil à Paris. Bénis ceux qui ont entendu le silence. Bénis ceux qui s'impliquent. Bénis ceux qui prennent de leur temps maintenant pour célébrer cette implication, célébrer la présence et le rayonnement du Fauteuil, non seulement maintenant à travers cette synchronicité qui a transformé la mesure des événements, mais éternellement pour que Paris retrouve sa fonction d'ancre, de clef même, pour le rayonnement et l'ouverture de l'humanité et de la terre.

Bénis ceux qui œuvreront et ceux qui œuvrent dans l'éternel présent pour animer l'énergie du Fauteuil.

Vous le savez, n'est-ce pas, chaque session intensifie l'énergie du Fauteuil. Chaque session intensifie son rayonnement. Il n'est pas de plus beau don que l'on puisse faire à soi-même et que l'on puisse faire à son environnement et à la terre, que de venir recevoir les dons du Fauteuil. Là encore l'équation est parfaite, donner est recevoir et recevoir est donner. De ce centre, vous offrez le rayonnement à toute la ville, à tout le pays.

Dans ce centre, tous les jours, indépendamment des sessions offertes, indépendamment de votre union au Fauteuil, le soir, unis aux autres gardiens des Fauteuils, unis aux autres centres, bénissez la terre. Visualisez la terre embrasée par le rayonnement du Fauteuil, nourrie par le rayonnement du Fauteuil. Autour du Fauteuil, vous le savez sont les Gardiens de la Flamme, cette fraternité tout offerte à garder cette éternelle flamme qu'est la vie, la conscience, l'amour, l'Être, la nourrir, la choyer, et la nourrissant, elle rayonne toujours plus.

Vous connaissez, n'est-ce pas, la puissance de l'attention. Tous les soirs, unis aux autres centres du Fauteuil, unis à la fraternité, et peut-être que chacun présent ici, aimera s'unir aux gardiens des centres depuis leur demeure, pour visualiser ainsi la terre embrasée par le rayonnement du Fauteuil, Paris embrasée, l'humanité embrasée, nourrie, choyée.

Le savez-vous, le plus fondamental dans le rayonnement est ce don d'amour, ce don total de soi. Cela, c'est la dévotion des Gardiens de la Flamme. Cela, c'est la dévotion des gardiens des Fauteuils.

Il fallait que cette célébration soit maintenant, non seulement dans ce maintenant de l'au-delà du temps mais dans ce maintenant inscrit dans le temps, de même qu'il fallait que j'apparaisse à la cour de vos rois en cette période de transition entre monarchie et république. La situation est analogue.

Là encore, nous appelons chaque être humain à incarner le sens profond et véritable de la fraternité. Nous appelons chaque être humain, à se souvenir que chaque tradition a sa source qui est son au-delà même et que l'humanité est une dans cette source de toutes les traditions. Quels que soient les noms des prophètes, quels que soient les noms de ceux qui sont adorés comme les représentants du Divin, eux savent que ce qui est adoré est l'adoration même, la puissance de l'amour, la beauté de la fraternité, cet esprit du vivant, la conscience.

Nous célébrons l'inauguration de ce centre de rayonnement, ce centre de lumière, ce centre d'ascension. Nous célébrons la perfection de ce moment. Bénis ceux qui savent écouter. Le centre de rayonnement est offert au silence.

Unissons-nous pour embraser Paris, l'Europe, la terre et toutes ces âmes passées en apparence dans l'au-delà des corps, leur offrir la tendresse de l'évidence que l'humanité est une fraternité. Leur rappeler la beauté, si l'on veut simplement regarder la beauté au lieu de se figer dans des modes durcis, des modes de jugement, si l'on veut simplement regarder la beauté.

Il en est qui errent encore, s'accrochant à quelques chimères. Nous proclamons la victoire de la lumière ! Ces fantômes mensongers, porteurs de mensonges, qui veulent crisper les âmes dans quelques chimères illusoires…

L'heure est venue de vous rendre à l'évidence de votre propre victoire. Seule est la lumière. Rien ni personne ne viendra diminuer cette évidence. A la face de la terre, nous proclamons la victoire ! Quels que soient les restes d'intrigue de ceux qui s'accrochent à quelques chimères mensongères, nous proclamons la victoire. Rappelez-vous votre beauté, car seul est le Un, n'est-ce pas ? La perfection de la vie, le précieux de la vie, le précieux de cette conscience éternelle qui perdure.

Bas les masques ! Puissent ceux qui errent entendre la voix de l'amour, se retourner et oser recevoir mon regard. Par amour pour l'amour que tu es, oser recevoir le regard de l'amour.

Voyez, plusieurs plans. Le rayonnement du Fauteuil ouvre à cette évidence de la fraternité, la fraternité du vivant, la beauté de la vie, le précieux de la vie. Et sur un autre plan simultané, un autre regard peut-être, le rayonnement du Fauteuil ouvre à cette évidence à l'intérieur de la structure du corps, que seule est la conscience et que le corps est lumière, le corps est la flamme éternelle.

Chaque session infuse cette évidence plus profondément dans la structure du corps. Cela c'est le don reçu par l'être recevant la session, et c'est le don offert par cet être même à travers cette session, au collectif de l'humain. Car vous vous souvenez, n'est-ce pas, il n'est qu'un seul être, il n'est que le Un.

Nous offrons les torrents de tendresse pour que soient lavées les larmes de ceux qui ne savent pas voir que les deuils appartiennent aux chimères, que le vivant est l'éternelle victoire. Bénies ces âmes qui en apparence ont quitté l'enveloppe corporelle. En apparence, car on ne la prend jamais, on ne la quitte jamais. Cela fait partie du grand jeu.

Puisse maintenant sur Paris s'inscrire la voix de la fraternité. Béni ce centre qui nous permet de parler maintenant à Paris. Béni ce centre qui permet de proclamer cet amour infini de la vie, cet amour infini de chaque être, cet amour infini offert à chaque être. Et que se brisent les voiles des chimères.

Béni ce lieu. Bénis les gardiens de ce lieu. Bénis tous ceux et toutes celles qui, en conscience, sont unis dans ce moment de maintenant pour célébrer l'inauguration de ce lieu. Bénie l'humanité. Béni l'esprit de fraternité. Béni le triomphe du bien et du beau. Béni cet amour de la liberté.

La France se souvient-elle du sens profond de la liberté ? L'humanité s'en souvient-elle ? Libre celui ou celle qui a brisé les jougs des apparences et qui sait que seule est cette conscience amour silence, cette infinie tendresse, cet océan de compassion, cet océan de joie qu'est la vie tendre et exultante incarnée.

Bénie la liberté offerte à chaque être d'actualiser le triomphe de cette incarnation, le triomphe de l'évidence que la chair est conscience, lumière, amour, que chaque être est l'éternelle flamme, flamme de dévotion offerte à cette vie même, cette conscience, cet Être suprême, cet éternel au-delà, cet éternel mystère, cette éternelle beauté.

Bénis ceux et celles qui retrouvent le sens profond de la liberté. Bénis ceux et celles qui chérissent ce sens profond. Béni ce lieu.

S'unir en conscience à l'infusion de lumière. S'unir en conscience à la conscience de chaque être dont le cœur palpite dans ce Paris qui reste pilier et clef même.

Encore et toujours, je proclame la victoire de la liberté, de la fraternité, de la conscience, de la vie, victoire sur toutes les illusions et toutes les chimères.

Puisse Paris baigner dans le rayonnement de tendresse, dans l'infusion de lumière. Puisse Paris se souvenir du sens profond de "ville lumière".

Nous vous remercions.